5áconseilsápouráseárepÚrerádansásonáparcoursádeávie
Voir le site JLS Accompagnements
5 conseils pour se repÚrer dans son parcours de vie
5 conseils pour se repérer dans son parcours de vie

La vie, au moins dans sa partie visible, c’est un temps de croissance suivi d’une phase en plateau qui s’achève par un lent déclin. Pour les êtres humains, le premier temps court jusque vers 20-25 ans, le deuxième jusque vers 40-45 ans, le dernier vient ensuite. Mais la vie humaine peut aussi obéir à d’autres lois, et pour qui cherche un sens à son parcours biographique il est utile de compléter le tableau. 
Voici donc 5 esquisses de tournants de vie, issus du livre Les âges de la vie humaine, qui peuvent aider à certains moments-clés.

Si vous avez autour de 20 ans
 
Choix éthiques et vivre à plein.
 
Quel type d’homme ou de femme vais-je accepter d’être toute ma vie ? C’est un peu la question fondatrice du tournant de la vingtaine. La conscience individuelle n’étant pas encore claire c’est donc plutôt à travers les évènements, les rencontres et les épreuves, quelquefois déjà très dures, qu’il faut s’orienter et choisir.
Le monde de l’éducation ainsi que la famille seront encore influents durant quelques années. Mais, déjà, place à l’aventure, c’est à dire aller au devant du monde pour le connaître et se connaître. Une jeunesse bien utilisée c’est se former, toucher à tout, essayer, expérimenter ses limites et ainsi se définir toujours mieux.
 
 
Si vous avez autour de 30 ans
 
Autoéducation et action
 
Terminés les essais et les excès. Le temps est désormais à l’ordre et à l’installation. Cela vaut pour son monde extérieur : vie personnelle, famille et vie professionnelle. Et les forces affluent pour ce faire. Quelle capacité d’action ! Il faut l’utiliser à fond. Surtout ne pas rater le coche et choisir de s’investir.
Mais il se trouve aussi que la protection de la prime jeunesse n’est plus active. Le jeune adulte se retrouve ainsi comme seul au monde et c’est parfois dérangeant à vivre. Et cela d’autant plus qu’à cette époque de la vie, les évènements peuvent devenir capricieux et que d’importants changements sont à gérer.
Un monde intérieur plus personnel est également à inventer : se poser en tant que personne, inventer ses propres bases, faire désormais suivre l’éducation par une intense autoéducation.
 
Si vous avez autour de 40 ans
 
Vision nouvelle et action revisitée
 
Au moment où tout semble bien installé, voici maintenant que les premières manières d’être mises en place depuis 10 ou 15 ans ne fonctionnent plus vraiment : façons de se comporter, rapports aux autres, rôles endossés, etc. Le futur que l’on avait envisagé un temps n’est plus d’actualité, pour la première fois le déclin et la mort se profilent, et il devient urgent de refonder toute sa vie. Sur quoi ? Trouver la réponse à cette question est l’enjeu de cet âge. Y répondre de façon satisfaisante et renouvelée occupera la quarantaine et tout le reste du parcours.
Ancien à lâcher, nouveau à percevoir et à incarner. La crise est engagée pour de bon... Refuser la question entraînera une crise plus grande encore.
 
Si vous avez autour de 50 ans
 
Maîtrise et action morale
 
Maîtriser n’est pas simple à 50 ans. Cela dépend beaucoup du travail sur soi effectué depuis la fin de la vingtaine. En effet, il y a de nombreuses années qu’une sorte de double égoïque de soi-même a pu s’installer. A défaut d’un chemin de conscience et d’un travail personnel pris en main hardiment durant la quarantaine, c’est désormais lui qui fait la loi très souvent. Et chaque fois qu’il se manifeste en famille ou dans le monde professionnel, le retour de bâton n’est jamais très loin.
Cette vie en roue libre est d’autant plus désagréable que le cœur aspire comme jamais à l’avènement d’une éthique véritable, en soi et dans le monde… Agir pour autrui, transmettre, réussir le collectif sont des aspirations profondes de cet âge. Elles ne seront correctement satisfaites que si la crise de la quarantaine a permis de changer de niveau pour entrer dans une certaine authenticité vulnérable. Si tout se passe à peu près bien, ce nouvel état de soi fera alors des merveilles. 
 
Si vous avez autour de 60 ans
 
Sagesse et don
 
Comme la cinquantaine, la soixantaine et au-delà est subordonnée à ce qui a eu lieu, ou pas, précédemment. Et autour de 60 ans, c’est un peu comme si le tocsin sonnait pour rappeler que la vie sur terre n’est pas que matérielle, raisonnable ou superficielle. La question confuse des 20 ans affleure maintenant à la conscience. Elle est devenue : Quel type d’homme ou de femme ai-je été et que puis-je encore installer de juste dans ma vie et pour les autres ? En toute conscience, cela peut faire mal. Sans conscience, cela peut même tarauder voire rendre malade…
Malgré les doutes, il faut oser voir les années de retraite comme un admirable champ d’action pour rebondir. Sauf si les distractions continuent de constituer l’ordinaire…
Pour certains, les capacités d’actions altruistes sont maintenant installées et l’action sociale désintéressée et joyeuse est une réalité. Sagesse et don de soi profitent alors à des cercles toujours plus nombreux. 
 

Ces esquisses ne sont que des indications car, évidemment, les choses de la vie humaine sont complexes et chacun a une biographie totalement unique. Cependant, ces quelques repères peuvent s’avérer les bienvenus dans les moments où le chemin de vie devient touffu, mal signalé ou encore faussement évident.


Attention, vous devez avoir activé Javascript sur votre navigateur pour pouvoir utiliser la dépose et la visualisation des commentaires ...
Poster un commentaire ici
NB : * Champs obligatoire
(les informations : adresse courriel et nom ne seront jamais affichées)
* Adresse courriel :

* Nom :

* Prénom :

Appréciation de l'article : (facultatif)

Votre commentaire :
Il y a 0 commentaire :
Aucun commentaire n'est encore disponible pour cet article.
Jean-Luc SIALELLI - 33 rue Castel, 83000 TOULON - 06 69 33 53 21 - jls@lesagesdelavie.fr