Les 27 ans d’Hergé
Voir le site JLS Accompagnements
Les 27 ans d’Hergé
Les âges de la vie, un livre au service d'un projet pour comprendre sa biographie et en être l’'acteurHergé est né en 1907. Il a publié ses dessins dès l’âge de 15 ans dans des revues scoutes puis, très vite, dans le journal Le petit vingtième dirigé par l’abbé Norbert Wallez. Les exploits de Quick et Flupke, gamins des rues de Bruxelles, les affiches et la publicité et bien sûr la création du personnage de Tintin le reporter vont suivre au fil des années.
Ce n’est qu’en 1934, à 27 ans, qu’Hergé osera le grand saut : quitter Le petit vingtième ainsi que l’influence de l’abbé Wallez et de quelques autres.

Qu’est-ce que nos connaissances au sujet de sa biographie nous apprennent de ce moment fondateur pour Hergé ? Que se passe-t-il de particulier pour Hergé vers 27 ans qui pourrait nous intéresser du point de vue des âges de la vie ?...

Après Tintin au pays des soviets, Tintin au Congo, Tintin en Amérique,… c’est vers 27-28 ans qu’Hergé dessine Le lotus bleu. Les premiers albums portent nettement la marque du début de la vingtaine : aller au devant de la vie, y chercher toutes sortes d’aventures, les vivre de façon aussi intense qu’insouciante les unes après les autres, comme elles viennent,… Ils sont aussi une sorte de compilations des idées et des préjugés du milieu que fréquente Hergé, au sujet de la Russie soviétique, des ‘’colonies’’ ou du Nouveau monde à la fin des années 20. Etre un produit de son milieu, c’est souvent cela aussi la vingtaine…

Avec Le lotus bleu ce qui apparaît c’est un arrêt net de l’étalage de tous les poncifs anticommunistes ou racistes ambiants dans les couloirs du Petit vingtième. Dans cet album Hergé est même assez habile pour, cette fois-ci, faire rire des idées reçues que les Européens ont des Chinois, ou bien pour combattre les mauvaises manières des Blancs colonialistes de la Concession de Shanghai. Que s’est-il passé ? Un changement de paradigmes, une rupture, une prise de conscience, une volonté de commencer à exister par soi-même,… ?

C’est effectivement cela. Un signe de cette recherche d’une nouvelle voie c’est la belle rencontre amicale, qui a lieu en 1934, entre Hergé et Tchang Tchong-Jen. Il en fera un personnage du Lotus bleu et, bien plus tard, de Tintin au Tibet. Si Hergé a exprimé à quel point l’abbé Wallez avait eu une influence énorme sur lui dans sa jeunesse, c’est avec des mots plus sensibles et plus personnels qu’il évoquera l’apport décisif de son ami chinois à sa nouvelle humanité.
Quelques mois auparavant, Hergé avait lu une phrase de Nietzsche qui, disait-il, l’avait marqué : « Il n’y a pour toi qu’un seul commandement : sois pur ! ». Autour des 27 ans, tel était désormais le cap de Tintin et aussi d’Hergé lui-même…

Attention, vous devez avoir activé Javascript sur votre navigateur pour pouvoir utiliser la dépose et la visualisation des commentaires ...
Poster un commentaire ici
NB : * Champs obligatoire
(les informations : adresse courriel et nom ne seront jamais affichées)
* Adresse courriel :

* Nom :

* Prénom :

Appréciation de l'article : (facultatif)

Votre commentaire :
Il y a 0 commentaire :
Aucun commentaire n'est encore disponible pour cet article.
Jean-Luc SIALELLI - 33 rue Castel, 83000 TOULON - 06 69 33 53 21 - jls@lesagesdelavie.fr